Nitrox et Trimix

Ces deux gaz semblent encore mystérieux à bien des plongeurs. Essayons de faire le point.

Le nitrox est un mélange respiratoire binaire car composé de deux gaz : l’azote et l’oxygène, comme l’air, mais il contient plus d’oxygène que l’air et donc moins d’azote. De ce fait pour une même plongée qu’à l’air le corps du plongeur se sature moins en azote et les paliers seront plus courts avec un risque moindre d’accident de décompression. Tout se passe comme si l’on plongeait moins profond.

On caractérise un nitrox par sa teneur en oxygène, par exemple un nitrox 30 contient 30% d’oxygène et 70% d’azote, plonger à 40 mètres avec ce mélange, revient, en terme de décompression, à plonger à 34 mètres à l’air, ce qui pour une plongée de 30 minutes donne 21 minutes de palier au lieu de 32 minutes (tables MN90).

Mais en augmentant la teneur en oxygène du mélange on atteindra moins profond qu’à l’air la limite de toxicité de l’oxygène, par exemple notre Nitrox30 ne nous permet pas de dépasser la profondeur de 43 mètres. Pour aller plus profond il faudra utiliser du trimix.

 

Plonger avec du nitrox est très simple : il suffit d’une demi journée de cours pour acquérir la qualification de plongeur nitrox, ce qui permet d’utiliser les mélanges nitrox contenant de 21 à 40% d’oxygène,en conservant son matériel de plongée classique, c’est le mélange parfait pour la plongée loisir jusqu’à 40-45 mètres.

La formation nitrox confirmé permet d’utiliser la totalité des mélanges nitrox de 21 à 99% ainsi que l’oxygène pur, on apprendra lors de ce stage à utiliser deux mélanges différents lors de la même plongée, par exemple un bloc 15 litres de nitrox 30 pour explorer l’épave du Rubis à 40 mètres et un bloc 5 litres d’oxygène pur pour les paliers. C’est le premier pas vers la "plongée tek" ; cette configuration permet par exemple de passer 30 minutes sur le Rubis avec seulement 10 minutes de palier



Le trimix est un mélange ternaire, il est composé de trois gaz : l’oxygène, l’hélium et l’azote. L’hélium est un gaz inerte, comme l’azote et il n’est donc pas métabolisé, contrairement à l’azote il n’est pas narcotique, donc avec lui plus de narcose.On peut donc l’utiliser pour profiter pleinement des plongées profondes en gardant l’esprit clair.
Cependant l’hélium diffuse dans l’organisme à une vitesse différente de l’azote, et l’on doit en tenir compte lors de la décompression ; celle-ci est calculée par des tables, des logiciels ou des ordinateurs de plongée.
Le trimix normoxique permet de plonger jusqu’à 70 mètres, cette qualification peut s’obtenir en utilisant un matériel de plongée loisir auquel on rajoutera une petite bouteille de nitrox pour accélérer et favoriser la décompression. On pourra alors redécouvrir en toute sérénité les épaves mythiques de la région : Togo, Traffik, Poursuivante.

Le trimix hypoxique ou trimix confirmé s’adresse à des plongeurs très motivés, il permet après un apprentissage adapté, de plonger au delà des 100 mètres, le matériel utilisé est alors plus complexe, plus lourd et plus volumineux : vêtement étanche, bi-bouteille pour le mélange fond, deux voire trois blocs pour les mélanges de décompression et éventuellement un petit bloc supplémentaire pour gonfler la combinaison. Par sécurité tout le matériel est doublé, nous sommes dans le domaine de la plongée très profonde où tout doit être maîtrisé.

Vous trouverez les dates des stages à la rubrique" Programme"